Homélie de Mgr Michel Aupetit - Messe des étudiants d’Ile-de-France à Saint-Sulpice

Mercredi 10 Novembre 2021

Sg 6, 1-11 ; Ps 81 (82), 3-4, 6-7 ; Lc 17, 11-19 

Un cri jaillit : c’est la panique ! Un cri, ça trouble le calme, ça dérange. La foule entoure ce braillard aveugle : « Tais-toi ». Pourquoi à faire taire celui qui crie ? Peut-être par peur. En effet il semble qu’aux abords de Jérusalem il y avait un camp romain. Ces soldats féroces et sans pitié pourraient bien sortir pour régler violemment l’agitation. Mais il y a peut-être aussi le fait qu’un cri dérange la quiétude des gens et le bon ordonnancement apparent d’une société. Pas de vagues surtout….

Qui peut entendre ce cri ? Jésus ! Jésus entend le cri, il s’arrête, il appelle. C’est étonnant, mais à l’appel de Jésus tout change, en particulier le cœur de ses disciples. Voilà qu’ils se tournent vers l’aveugle en lui disant : « Confiance, lève-toi, il t’appelle ».

Un cri a retenti à Lourdes ! Le cri des victimes, de ces petits que Jésus met au centre de son Église et auxquels il s’identifie : « Ce que vous avez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait ».

Le cri des pauvres et le cri de la terre a retenti également à Lourdes. Comme le Pape François nous le dit, la défiguration de la planète atteint d’abord les pauvres.

Ils ont crié leur détresse et, parce que nous nous sommes retrouvés à l’eucharistie autour de notre Seigneur Jésus-Christ qui a entendu leurs cris, nous avons écouté en frères toutes ces victimes.

Nous avons presque tous des mentalités de planqués, de nantis, de gens bien entre soi, surtout ne pas s’ouvrir aux autres qui nous dérangent. Heureusement le Seigneur a mis en notre cœur une conscience et, grâce à l’appel de Jésus, nous arrivons nous aussi à bouger.

Quand j’étais jeune, que j’avais votre âge, je partais souvent seul en vélo sur les routes de France. Souvent je m’arrêtais devant les calvaires de nos campagnes et, en regardant Jésus crucifié, je pleurais. J’étais heureux d’être seul et que personne ne me regarde. J’avais honte de pleurer.

Maintenant, j’ai honte de ne pas pleurer, de ne pas entendre les cris des blessés, des victimes, des pauvres et de la terre qui gémit.

Faut-il être en manque pour crier vers Jésus ? En manque de lumière, en manque du nécessaire, en manque d’un véritable amour, d’une véritable amitié pour crier ainsi ? Pourtant, dans la Bible, on crie bien plus que l’on ne prie : « Dans mon obscurité, je crie vers toi Seigneur ».

Cher jeunes, il nous faut changer de logiciel. Le Pape nous emmène sur les chemins de la synodalité, c’est-à-dire un chemin à parcourir ensemble. Pour cela il nous faut construire la fraternité au-delà de nos prés carrés, au-delà de notre paroisse, au-delà de notre mouvement, de nos aumôneries, au-delà de nos dadas liturgiques ou religieux.

La fraternité se construit sur le Christ que nous devons reconnaître dans le visage de nos frères, en particulier les plus abîmés par la vie. Ils sont source de sagesse, d’humanité, de bienveillance et d’ouverture de cœur. Nous avons fait, entre évêques, cette expérience magnifique qui nous a ressoudés dans une véritable collégialité en partant non de nos présupposés ou de nos sentiments personnels mais de la parole des pauvres.

Cela nous permet de repartir de la figure de notre Seigneur Jésus-Christ qui se donne en nourriture comme le pauvre qui n’a rien d’autre a donné que lui-même.

Chers jeunes, que nos eucharisties, que cette eucharistie que nous sommes en train de célébrer, soient avant tout le lieu de cette rencontre sublime qui nous élève au-delà de nous-mêmes.

+Michel Aupetit, archevêque de Paris

 

__________________________________________________________________________

 

Message de Mgr Michel Aupetit, Archevêque de Paris : 

 

« Confiance, lève-toi il t’appelle ! »

 

Chers amis,

 

L’année dernière, un confinement nous a empêchés de nous réunir pour vivre la messe de rentrée des étudiants d’Ile-de-France avec chacun de vos évêques. Seule une poignée d’étudiants avait pu se joindre à moi pour la célébration ; pour la plupart vous avez eu le mérite de nous suivre depuis chez vous sur vos écrans. Mais ces restrictions n’entamèrent pas notre désir de répondre à l’appel du Pape François adressé dans l’encyclique Fratelli Tutti à renouveler notre manière d’être des frères. 

 

Beaucoup d’entre vous ont souffert l’an dernier d’une vie sociale très appauvrie, de conditions de vie dégradées, et aussi de ne plus pouvoir se réunir pour prier, échanger et se former dans les aumôneries, paroisses ou mouvements. Heureusement aussi vous êtes nombreux à avoir fait preuve d’une grande créativité et d’une formidable générosité pour vous soutenir les uns et les autres, vivre votre foi et la fraternité. La crise de la covid s’est calmée mais il reste encore tant à faire !

 

En cette rentrée, nous sommes tous profondément bouleversés par le rapport de la CIASE demandé par la Conférence des évêques de France sur les abus sexuels dans l’Eglise. Des changements s’imposent pour que nous puissions retrouver la source évangélique de la vie de l’Eglise et nous avons besoin de tous ceux qui aiment l’Eglise pour les mener. 

 

Je vous propose pour cette messe de nous laisser entraîner par l’aveugle Bartimée qui rencontra Jésus à la sortie de Jéricho et finit par s’engager à sa suite au milieu de ses disciples. Il entendit d’abord ces mots qui lui furent adressés : « Confiance, lève-toi ; il t’appelle. » (Mc 10, 49) Je crois qu’à nous aussi ils sont adressés. Quand bien même notre confiance serait fragilisée, puissions-nous les recevoir avec la force de relèvement qui vient du Seigneur.

 

Venez nombreux rendre grâce pour l’appel que le Seigneur nous adresse et nous soutenir dans notre réponseDans la joie de vous voir bientôt, je prie le Seigneur de vous bénir.

 

                                                                       Monseigneur Michel Aupetit

 

Le 10/11/2021 à l'église Saint Sulpice

PROGRAMME

 

  • 18h15 : temps de louange dans l'église
  • 19h15 : Messe présidée par Mgr Michel AUPETIT avec les évêques d'Ile-de-France

AVEC LA PARTICIPATION DES DIOCÈSES D'ILE-DE-FRANCE

LE DIOCÈSE DE PARIS, LE DIOCÈSE DE CRÉTEIL, LE DIOCÈSE DE NANTERRE, LE DIOCÈSE DE SAINT-DENIS-EN-FRANCE, LE DIOCÈSE D'EVRY -CORBEIL-ESSONNES, LE DIOCÈSE DE MEAUX, LE DIOCÈSE DE PONTOISE, LE DIOCÈSE DE VERSAILLES ET LE DIOCÈSE AUX ARMÉES

haut de la page

haut de la page

Rendre Service

Liturgie - logistique - communication

 

Comme chaque année, nous sollicitons l'aide des aumôneries, des paroisses, des mouvements et de tous les jeunes volontaires pour aider à l'organisation et au bon déroulement de la messe des étudiants.

Il est possible de rejoindre :

- le chœur ou l'orchestre

- la logistique

-l'équipe de la communication

L’inscription est impérative et se fait à partir d’un formulaire (voir lien ci-dessous)https://forms.gle/7N1kMYFV8DSkEqZq9

Photos / Videos